02 FéVR 2018
  • Partager sur :

L'oeil de Liza

Cette semaine, Bixente Lizarazu s'intéresse au choc Monaco - Lyon

Un tournant à ne pas manquer

Dans un mois et demi environ, le jeudi 15 mars pour être précis, Didier Deschamps dévoilera le nom des joueurs retenus pour les deux derniers matches de préparation avant l’annonce de sa liste des vingt-trois pour la Coupe du monde. On le sait, la concurrence s’annonce acharnée dans bien des secteurs. Ceux qui ambitionnent de passer le mois de juin en Russie, voire deux semaines de plus si affinités, vont donc avoir intérêt, dans les prochaines semaines à se mettre en évidence. Quoi de mieux qu’une rencontre au sommet pour convaincre le sélectionneur de vous accorder sa confiance ?
 

Ce dimanche soir, Sidibé et Lémar, côté monégasque, Fékir, côté lyonnais, entreront aussi sur la pelouse du Stade Louis-II avec l’envie de prendre trois points à un concurrent direct dans la course à la Ligue des Champions mais aussi la volonté d’en marquer auprès de Deschamps. Ils ont donc encore moins le droit de passer à côté du sujet. Cette pression-là peut sublimer un joueur ou au contraire, le tétaniser. J’ai tendance à me dire qu’un joueur qui n’est pas capable de composer avec sur un terrain de Ligue 1 n’aurait pas grand-chose à faire sur ceux du mondial.
 

La fraîcheur est un facteur qui va compter. Depuis la reprise, le 6 janvier, Lyon a déjà disputé six matches, Monaco deux de plus. A Bordeaux, dimanche dernier, les Lyonnais ont semblé payer les efforts qu’ils avaient consentis pour venir à bout du PSG et sortir Monaco, sur ses terres, de la Coupe de France. Face aux Girondins, on n’a pas vu le Lyon conquérant des semaines précédentes.  Tenir tête au PSG exige un engagement physique et psychologique plus important qui peut entraîner un contrecoup, une saturation. La semaine de travail qui vient de s’écouler était tout sauf superflue à l’heure de recharger les batteries.
 

Côté monégasque, il faudra tenir comptes des répercussions de la demi-finale de Coupe de la Ligue contre Montpellier. Si l’ASM s’est imposé sans passer par la prolongation, Sidibé et Lemar sont incertains. Avec 47 points après 23 journées, le champion en titre présente des temps de passage tout à fait honorable en L1 mais il n’est plus la machine de guerre de la saison passée. Le club princier a entamé un nouveau cycle. Les joueurs restés ont des raisons d’être un peu déçus : ce n’est jamais évident d’accepter de jouer dans un collectif moins fort. Les recrues de l’été dernier ont des qualités mais je n’ai pas encore vu éclore parmi elles le nouveau Lemar ou le nouveau Mbappé. 
 

Derrière l’intouchable PSG, Monaco, Lyon et Marseille se tirent la bourre pour la deuxième place. Lyon me semble le mieux armé pour tenir jusqu’au bout. Mais l’OL, comme Monaco, vont devoir prendre Marseille très au sérieux. Les Marseillais sont réguliers, solides. Thauvin est excellent offensivement. Rami tient la baraque derrière et Luis Gustavo est hyperactif au milieu. Parmi les leaders olympiens, seul Payet se fait un peu attendre. Mais depuis sa défaite contre Rennes début septembre au Vélodrome, l’équipe de Rudi Garcia a pris 41 points en 18 matches, soit quatre et six de plus, respectivement, de Lyon et de Monaco. Ce soir à Louis-II et jusqu’au bout, il va donc s’agir pour ces deux équipes de ne plus trop abandonner de points en route.