04 DéC 2017
  • Partager sur :

Les 5 enseignements de la J16 Ligue 1 Conforama

La claque reçue par le PSG, les difficultés monégasques ou encore la réussite de Lamouchi ...

Voici les cinq enseignements de la 16e journée de Ligue 1.

Il ne suffit pas au PSG d’entrer sur la pelouse pour gagner

Ça lui pendait au nez. Après des prestations indigestes où il avait tout de même réussi à sauver les meubles, comme à Montpellier (0-0) ou à Marseille (2-2), le PSG devait bien finir par payer son manque d’engagement dans certains matches de Ligue 1. C’est arrivé ce week-end, sur la pelouse d’un promu strasbourgeois réaliste et qui débordait lui d’envie (2-1). Malgré ses stars, malgré un nombre de frappes record (29, dont… 5 cadrées), le club de la capitale, qui écrase tout sur son passage depuis le début de saison, en Championnat comme en Ligue des champions, a besoin de jouer un minimum pour espérer gagner. Si cette défaite ne change pas grand-chose au classement (9 points d’avance en tête sur Lyon), elle doit servir de leçon aux Parisiens.


Monaco n’est pas encore guéri

Certes, la victoire face à Angers (1-0) devrait faire un bien fou dans les têtes monégasques. Surtout qu’elle vient mettre un terme à une série de trois revers de rang, C1 comprise. Mais pour la manière, on repassera. En plein doute, les hommes de Jardim se sont contentés d’un but précoce de Falcao pour faire la différence, avant de gérer leur avance comme ils l’ont pu. Auteurs d’une deuxième période très triste, ils ont même bien failli être repris par le 19e de la classe. Signe encourageant pour les joueurs de la Principauté, ils remontent sur le podium après en avoir été éjectés lors de la précédente journée.


Lamouchi est dans le vrai

Critiqué à l’issue de sa première rencontre, perdue, sur le banc rennais (1-2 à Strasbourg) pour avoir voulu imprimer sa patte et gommer l’empreinte de son prédécesseur, Sabri Lamouchi montre match après match qu’il est dans le vrai. Malgré le revers initial de ses troupes en Alsace, le technicien continue de faire confiance à d’anciens joueurs placardisés (Mexer, Hunou), à des jeunes (Lea-Siliki, Gelin) et à un Khazri qu’il a replacé en pointe avec succès, puisque celui-ci vient d’inscrire trois buts en trois matches. Résultat, trois succès pour les Bretons, et une belle sixième place à la clé.

Mariano aussi est important à l’OL

Les mérites de Fekir, Aouar ou encore Depay ne cessent d’être vantés depuis le début de saison. Pourtant, avec douze buts inscrits en seize matches de Ligue 1, dont celui de la victoire dimanche à Caen, Mariano est également un acteur majeur de la belle réussite de l’OL. Certes, l’ancien Madrilène n’est pas le meilleur dans le jeu. Certes, il a parfois tendance à la jouer un peu perso. Mais c’est un buteur. Et ce que l’on demande à un buteur, c’est de marquer. Et ça il le fait plutôt très bien.


Saint-Etienne n’y arrive pas

Heureusement pour eux, les Verts avaient eu la bonne idée de remporter leurs trois premiers matches de la saison en Ligue 1. Car, depuis, c’est la chute libre. Treize matches, pour deux victoires, cinq nuls et six revers, 12 buts inscrits et 24 encaissés. Soit onze points de pris sur trente-neuf possibles, le dix-huitième bilan de l’élite sur la période. Pour Julien Sablé, nommé le 16 novembre après le départ d’Oscar Garcia, les chiffres ne sont guère plus glorieux : deux points récoltés en quatre matches, et le dix-septième bilan de Ligue 1 sur ces quatre journées. Le tout avec un jeu toujours aussi pauvre. Douzième, Saint-Etienne n’a que quatre points d’avance sur la zone rouge.


Et si vous aviez suivi les conseils de la rédaction de France Football, vous auriez pu remporter la somme de 383€